Quelles sont les limites de la liberté sexuelle?

Couple amoureux faisant l'amour sur un litLa liberté sexuelle, comme son nom l’indique, implique une forme de liberté en rapport avec les pratiques sexuelles. La liberté sexuelle suppose plusieurs aspects essentiels comme la liberté d’orientation sexuelle (homosexualité, hétérosexualité, bisexualité, etc. …), le droit de disposer de son corps, de choisir son partenaire ou son identité sexuelle. Toutefois pour que tout le monde puisse vivre ensemble, ces libertés sont soumises à des limites. Certains hommes et femmes ont tendance à dire qu’elles s’arrêtent là où commencent celles des autres. Et pourtant dans la réalité des groupes minoritaires en bafouent régulièrement les règles en imposant une seule vision des choses. Découvrez à travers cet article qu’elles sont les limites des libertés sexuelles.

Principe de la liberté sexuelle

La liberté sexuelle se traduit le droit de disposer librement de son corps et d’avoir le choix de son partenaire sexuel. Ces personnes peuvent alors choisir de pratiquer tous les jeux de séduction et de techniques de drague. Les hommes et femmes peuvent aussi faire les expériences sexuelles qu’elles souhaitent tant que c’est fait avec le consentement des deux parties. Ce consentement inclut bien sûr le corps et l’esprit. Ainsi ils peuvent avoir des relations de plaisir dont l’objectif est d’avoir de l’orgasme, de jouir librement et sans contrainte. L’amour charnel n’est qu’une des faces de la liberté sexuelle bien entendu.Par ailleurs, une liberté sexuelle interdit toutes formes de discriminations sexuelles. En l’occurrence aussi bien basée sur le sexe que l’identité sexuelle de la personne. Dans cette optique, la société ne peut pas condamner les conduites sexuelles de quelqu’un qui a préalablement donné son accord et qui respecte la loi. Elle protège également les personnes contre les éventuelles ingérences dans leurs intimités et dans leurs vies privées. Il est bon de noter qu’en France la majorité sexuelle est fixée à 15 ans.

La liberté sexuelle se termine là où commence celle des autres

La première limite qui concerne la liberté sexuelle est le respect de la liberté des autres. Dès lors que vous empêchez les autres de profiter des mêmes libertés que vous alors vous êtes en tors. Ne faite pas ce que vous ne voulez pas qu’on vous fasse. Cela comprend la liberté d’expression, même sur des sujets sensibles comme la sexualité. Ne pas être d’accord est aussi un droit. Aujourd’hui de nombreux groupes minoritaires ne respectent pas ces règles et deviennent donc des oppresseurs de ces libertés individuels. Par exemple être libre de son corps ne veut pas dire qu’on a le droit de tout faire. On ne peut pas exiger une exemplarité pour l’homme et qu’à côté de ça la femme ne soit pas. Le cas inverse est aussi vrai. Le cas le plus criant là-dessus ce n’est pas exemple la drague, de la prostitution et d nombreux autres sujets de société dont le débat est bloqué par ces groupes minoritaires (féminisme, masculiniste, …).
Non seulement cela crée des groupes qui s’opposent frontalement jusqu’à en devenir contre-productif mais ça engendre également de nouveaux problèmes qui auraient pu être évités. C’est par exemple le cas des féministes qui refusent de voir les problèmes des hommes ou des groupes religieux qui s’opposent contre toute forme de sexe avant le mariage sans même chercher à comprendre l’autre. Il y a des milliers d’exemples dans ce cas. Parfois même au sein d’un même groupe de « combat ». C’est le cas de la prostitution non forcée au sein du féminisme. Certaines considèrent qu’elles sont libres de vendre leurs corps contre de l’argent alors que d’autres considèrent cela comme « une domination » sans consentement. Tant qu’il où elles sont consentantes et qu’elles sont en règle vis-à-vis de la loi, de quel de droit peut-on se mêler de leurs intimités ? Maintenant être libre ne veut pas dire qu’il faut « imposer » sa vision des choses d’une façon monolithique. Surtout si vous êtes minoritaire dans le pays. Le voisin n’a peut-être pas la même conception de la « liberté sexuelle » mais vous laisse totalement libre de vivre votre vie tant que ça n’empiète pas sur sa propre liberté. Pas besoin de produire de nouvelles règles. Juste du bon sens, de l’écoute, de l’empathie, de la discussion et de ne plus être autocentré sur soi. Les lois doivent être produites que dans l’intérêt du plus grand nombre et quand aucun autre moyen existe.

Les limites de la liberté sexuelle fixées par la loi

Chez une grande majorité d’hommes et de femmes, le besoin de sexe finit par se faire ressentir avec le temps. S’ils ont de la chance d’avoir une relation affective alors l’assouvir est très simple. Un acte sexuel est souvent suffisant pour ceux qui ont la chance de connaître la vie de couple, d’avoir un plan cul sous la main ou de rencontrer facilement des coups d’un soir. C’est aussi ça la liberté sexuelle. Être libre d’entretenir une relation affective ou sexuelle selon ses envies. Pour rencontrer les personnes de sexe opposé rien de plus simple. Un site en ligne pour adulte, une soirée entre amis, un bar, des activités sportives, … Suffis à provoquer des contacts intéressants si vous êtes ouvert à la discussion.
Mais comme relater précédemment, ces libertés ne sont pas absolues. Elles connaissent en effet des limites notamment celles qui protègent les mineurs. Pourquoi existe-t-elle me direz-vous ? Pendant les folles années de la libération sexuelle, il est même arrivé qu’un majeur et un mineur couchent ensemble. Même si ces relations étaient considérées différemment à l’époque elles posaient d’énormes problèmes moraux et de consentement. Pour éviter le problème, les différents gouvernements ont décidé qu’un majeur et un mineur ne pouvaient pas avoir de rapport ambigu. Ils ont donc créé une loi qui punit les personnes majeures ayant des rapports charnels avec des mineurs de moins de 15 ans à une lourde peine. Un fichier des délinquants sexuels a aussi été créé. Il existe donc des règles de vie pour qu’il soit possible de vivre ensemble. Aujourd’hui la question qui se pose au vu des récents événements c’est : ses limites ne vont-elles pas trop loin au point de créer des lois pour régler des cas individuels. L’équilibre entre les relations hommes/femmes, entre nos droits et nos devoirs est mince. Ça peut nuire à nos libertés.